Accès rapide    >>                Démarches administratives    /    Nous contacter

Histoire

Chéroy tire son nom actuel de son ancienne appellation, Chesiacus, signifiant groupe de maisons (du latin Casetum).

En 1155, sous Louis VII, Chéroy devient prévôté royale. Par lettre patente du 9 juin 1404, Charles VI autorisa Chéroy à porter le titre de «ville», d’où l’obligation pour les habitants d’élever des murs, des fossés, destinés à protéger la ville. Celle-ci bénéficie, dès cette époque, de privilèges pour le commerce, l’industrie et les arts. Les fortifications disparaissent vers 1700.

C’est alors un gros bourg, chef lieu de canton du département de l’Yonne, situé sur une élévation dominant la rive gauche de la vallée du Lunain. Chéroy faisait anciennement partie de l’Ile de France, du Gâtinais Français, dont le chef lieu était Nemours. En 1790, Chéroy aurait dû être englobé dans le département de Seine et Marne, mais il fut rattaché à celui de l’Yonne, où il est resté.

Jusqu’en 1830, Chéroy fut un centre commercial important dont le marché (chaque mardi) et les 6 foires annuelles aux bestiaux et chevaux attiraient jusqu’à 2000 personnes en été et 3000 en hiver. C’était une sorte d’entrepôt pour l’approvisionnement de Paris et Fontainebleau. L’importance de ces marchés rendit nécessaire la création d’une brigade de gendarmerie en 1790-91.

« Au 18e siècle un règlement de police sur l’élevage des oies arrêta l’épidémie qui décimait la population, épidémie causée par l’odeur des animaux et par l’usage de linge de corps lavé dans les mares où les oies allaient se baigner et s’abreuver. »

En 1914, il y avait encore 14 auberges où on logeait «à pied, à cheval». Les porte-cochères, en anse de panier, de certains immeubles de Chéroy peuvent en témoigner; les anneaux d’attache pour chevaux existent encore en certains endroits. 


Aujourd’hui, le bourg et les différentes entités (Bois Lunain, Beau Site, le Pouteau, les Pinçonnières), où existent de nombreuses résidences secondaires, voient la population grandir : il y a en ce moment quelque mille six cent habitants.

Chéroy, qui fut Prévôté et Châtellenie royale, paroisse prieurale, possède deux monuments importants : la Grande Maison et l’Eglise.

Publié le samedi 1 janvier 2000 par la Mairie de Chéroy